Sacha Poliakova

Mémoire vive

14 Février - 28 Mars 2008

Le travail de Sacha Poliakova me paraît mélanger avec une étonnante intensité des fragments d’une mémoire “collective” et d’une mémoire personnelle par une restitution où le fragile et le fort du dessin, le froid et le chaud des couleurs se cotoient sans cesse.

Fragilité des êtres, hasards des destinées, poésie des espaces ouverts, intemporalité des paysages jusqu’à l’onirisme.

Ainsi son livre Un million de poissons rouges (à paraître à L’Art àla Page pour l’exposition) se compose comme un kaléidoscope d’éclats de souvenirs de son enfance encore proche, tantôt drôles, tragiques, inscrits dans un temps, un lieu, et pourtant ramenés à une universalité par le talent d’écrivain et de peintre de l’artiste.

Marie Thérèse Devèze

Sacha Poliakova publiera en mars aux éditions Thierry Magnier En attendant le printemps (texte de Martine Laffon)album tout carton pour les petits, et en octobre L’ogre de Varsovie (poème de Victor Hugo) chez Gautier Languereau.

Elle a publié récemment Dame Sei Shönagon et le Samouraï (Seuil jeunesse), Quand toutou se carapate (pop-up chez Gautier-Languereau) et La petite clef d’or ou Bouratino (Gautier Languereau) dont les originaux seront exposés en même temps à la Galerie Jeanne Robillard.

    2008

  • Portes ouvertes de Noël à la galerie

    2007

  • Portes ouvertes de Noël à L’ Art à la Page

  • Anne Buguet

  • Frédéric Clément

  • Michelle Daufresne